Dérobées d'été : que faut-il retenir des essais ?
Cultures , Cultures fourragères et énergétiques
Dérobées d'été : que faut-il retenir des essais ?

Alors que l’incertitude plane sur la capacité à constituer des stocks fourragers suffisants, faire preuve de technicité dans la gestion des ensilages sera primordial cette année. Mercredi 7 septembre, la coopérative Unéal réunissait ses adhérents producteurs et éleveurs pour un Club Cultures autour d’une parcelle d’essais en dérobées d’été à Solesmes (59). En marge de la visite, le service agronomique et le service production animales ont rappelé les clés d’un ensilage réussi.

08/09/2022
4 min

CE QU'IL FAUT RETENIR

En attendant la récolte, voici les observations faites par Pierre Lacheré et Jean-Baptiste Journel du service agronomique d’Unéal lors de la visite des essais en dérobées d’été.

Des variétés sélectionnées
Les variétés présentées ont été choisies pour leur vigueur, leur rusticité et leur capacité à former un épi conséquent, critères essentiels de réussite du maïs.

Privilégier un semis précoce
L’essai présenté à Solesmes (59) est composé de multiples variétés de maïs semées début mai après récolte de seigle et labour. En comparaison avec un autre essai semé plus tardivement et irrigué où le rendement du seigle a été maximisé, le constat est que plus on tarde à semer le maïs, plus on perd en rendement.

Attention au besoin en eau
Plus on monte en indice, plus il y a de potentiel de rendement. En revanche, le besoin en eau et en somme de température croît avec l’indice, ce qui peut s’avérer être un facteur limitant de développement, notamment dans une année sèche. Comme partout ailleurs le facteur limitant n’est plus la température mais le besoin en eau.
Pour 1 tonne de maïs, on considère un besoin en eau de 25 mm. (100qx de maïs grain pour 400mm d’eau.

Article réservé à nos adhérents.
Cette information technique est réservée aux adhérents de la coopérative Unéal.
Connectez-vous pour afficher le contenu de cet article.